Archives de Catégorie: Objets

Gambettes Box – décembre & janvier

Je vous avais parlé de la Gambettes Box fin novembre, je venais de découvrir le concept et m’étais aussitôt inscrite. Pour rappel, c’est une box mensuelle par My Little Paris où l’on reçoit deux paires de collants, une noire et une fantaisie pour 13,50 par mois.

Alors voilà, j’ai reçu la première Gambettes Box qui m’a bien plu, celle de décembre. Et là je viens tout juste de recevoir la Gambettes Box de janvier, et elle me plaît toujours autant !

A savoir: le format de la box rentre dans la boîte aux lettres, donc pas besoin de se rendre à la poste pour retirer le colis ! 

Gambettes Box de janvier :

Gambettes Box janvier

  • Des collants noirs et opaques 100D. C’est les mêmes que ceux de la box de décembre, je les ai beaucoup porté et ils sont de très bonne qualité.
  • Des collants chevrons* gris clair. Hyper confort, j’aime beaucoup la couleur assez foncée qui peut se porter avec presque tout.
*Tissu croisé ayant un motif en zigzag (moi aussi j’ai googlé :-p)

Voici un exemple de look pour vous montrer comment porter les collants gris:

Comment porter les collants gris gambettes box

Voir le style complet ici

Gambettes Box de décembre :

Gambettes Box décembre

  • Des collants noirs et opaques 100D. Voir ci-dessus, dans la box de janvier.
  • Des collants noirs, transparents à petits pois. J’adore ces collants, ils sont super mimi et confèrent un petit côté fantaisie à une simple robe noire. Le seul problème c’est que j’ai tellement peur de les filer que je ne les ai portés qu’une seule fois…
  • Deux échantillons de crème pour les pieds et les jambes que j’ai reçu car je fais partie des « ambassadrices » en m’étant inscrite dans les premières. Wow quel honneur…

Gambettes Box décembre collants petits pois

J’ai bien hâte de recevoir la prochaine !

Publicités
Tagué , , , , ,

I ♥ NEON

« Tu connais pas NEON ? C’est un nouveau mag super sympa, lis-le tu vas adorer. »

Il y a quelques mois,  en contre-soirée sur un balcon Parisien, guitare à la main, clope au bec (ça y est vous êtes dans l’ambiance?), un type dont j’ignore le nom -que je remercie d’ailleurs- m’a parlé d’un mystérieux magazine du nom de NEON. Il faut absolument que je l’achète, paraît-il.

Quelques jours plus tard (toujours quelques mois auparavant), intriguée par la quasi véhémence avec laquelle il m’a vanté les mérites de ce magazine, j’ai demandé « Léon », « ah non Néon » au kioskieur  kiosquier. J’ai eu le n°2. En 40 minutes de métro j’ai découvert cet objet à la couverture branchouille-arty-on s’comprend.

Petit soliloque: je suis peut-être vieux jeu, mais j’ai une légère aversion pour les photos dénudées, non pas par gène, mais parce que « je trouve ça trop  facile ». La nudité c’est soi-disant profond, libre, jeune, poétique (mais non ce n’est pas sexuel, on est au-dessus de tout ça) . J’exhibe une photo de nu donc je suis tout ça, je suis cool. A cause de mes rencontres dans un cercle de Parisiens branchés (que j’ai vite fuit) dont je ne retiens que la superficialité, c’est tout un état d’esprit de wanna-be’s que j’assimile à ces photos, peut-être à tort (sûrement d’ailleurs), mais c’est malheureusement la première réaction que cela suscite chez moi. Bon, je parle plutôt des séries de photos « d’art », comme leurs propriétaires aiment les revendiquer, donc la critique ne sied pas tout à fait la couverture ci-dessus, cependant j’ai eu vite fait de l’assimiler à cette tendance désuète de la coolitude par le nu. Petite  précision: je reconnais qu’il existe de belles photos nues, avec une réelle intention artistique, je déplore seulement que le nu soit la voie de facilité pour les photographes en mal d’inspiration.

Revenons-en à nos moutons. Dépassant mon préjugé lié la couv’, j’ai lu. Et j’ai bien fait, j’ai vachement aimé le contenu du dît magazine. Des articles très sympatoches, beaucoup d’humour, des pages modes pas à la mode, de belles photos et une verve cocasse et dynamique. J’ai accroché. J’ai consommé. J’ai racheté. J’ai re-aimé.

Une saison plus tard (on revient au présent – au jour d’aujourd’hui comme on ne dit pas). Ce mois-ci, c’est le n°4, et il y a du level ! C’est g[u]énial ! Parmi les articles que j’ai préféré je citerais « Mes séries me coachent » (rappelez-vous, je suis une grande fan des séries), « Dur retour pour l’émigré » (un court reportage poignant sur un clandestin Mexicain qui revient au pays »), « Jusqu’où aller pour ton job » (des témoignages et leurs avis d’experts divers dont l’Inconnu Pascal Legitimus, l’ex-otage Roméo Langlois ou encore l’humoriste Kheiron).

J’aime l’ironie de NEON, j’aime son second degré et ses articles inutiles comme « Vos stratégies pour mieux vivre les toilettes » (ou comment masquer le plouf quand on va aux vécés). NEON c’est du contenu sérieux et de la déconne, c’est une esthétique et des illustrations de qualité. Quand on lit ce magazine, on s’amuse, on a l’impression d’être dans la rédac à se marrer avec l’équipe (oui, je divague un peu) et on apprend des trucs qu’on peut ressortir à la pause café au boulot « Hé Martine, tu savais que Nokia a une branche qui produit des bottes? ». Merci. Allez faire un tour sur leur site, vous aurez une petite idée de la philosophie du mag’.

Un vrai coup de coeur.

(Magazine NEON, tous les deux mois, 3,50 €)

Tagué , , , , ,